Les caprices de Jude Stéfan

Galerie

La poésie de Jude Stéfan est peut-être d’abord conjuration de l’ennui. Il écrit en plein rien. Mort au monde, il vit aux mots. Son ennui est « l’ennui originel », propre à la province, en l’occurrence la Normandie une fois passés les mois sans  « r »… Par Omar Berrada Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Jude le Clair-Obscur

Galerie

Rappelons que Jude Stéfan, né en 1930, est un poète qui se moque du monde, et plus encore de lui-même. Justice et justesse. Sur sa vie, il n’y a pas grand chose à dire : longtemps professeur de français dans un lycée de province, auteur d’une vingtaine de recueils, pour la plupart publiés chez Gallimard… C’est tourner court la biographie. Cela suffit, ma foi, pour croquer un poète… Par Victor Blanc Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Saul Leiter entre couleur et noir et blanc

Galerie

Comme on le voit également dans les représentations de New York, Saul Leiter a un univers propre qui rendent ses photographies immédiatement reconnaissables. Les cadrages, au plus près du sujet, sans horizon et très peu de ciel, provoquent un effet de proximité, de familiarité mais aussi d’une certaine étrangeté surgit du quotidien le plus banal… Par Franck Delorieux Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Les archives de Ponge à l’oeuvre

Galerie

Pour le lecteur de Ponge, cette « rétrospective » est précieuse, qui se situe au plus près de la vie matérielle de la matérialité des écrits en particulier, rendue perceptible par la reproduction des revues, des signatures, des manuscrits : c’est en somme à une appréhension des « choses » dont il s’agit pour lui de prendre le parti que nous sommes invités… Par Benoît Auclerc Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

N° 183 – Les Lettres françaises de mai 2020

Galerie

Au sommaire du numéro 183 des Lettres françaises : Epidémie et confinement, par Adonis, René de Ceccatty, Mario Benedetti ; une traduction inédite d’un poème de Mao Tsé Toung, par Jean Ristat ; Karl Blossfeldt, par Franck Delorieux ; Jacques Rancière et le paysage, par Baptiste Eychart ; Lumièr de Pasolini, par Didier Pinaud ; la chronique poésie de Jacques Bonnaffé ; entretien avec Guillaume Roubaud-Quashie sur l’anthologie des Lettres françaises ; résurrection de Jean Gino, par Christophe Mercier ; Michel Bulteau et Mathieu Messager, par Tom Buron ; Huysmans, par Philippe Reliquet… Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Jean Ferrat en son jardin

Galerie

Jean Ferrat est mort voici dix ans. Dix ans ! Je l’ai appris en écoutant la radio. « Ma France » est diffusée et je pleure. Je suis seul chez moi. Je ne peux pas lui téléphoner. Ses chansons sont diffusées, et je les écoute avec des larmes qui coulent sur ma joue… Par Franck Delorieux Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Entretien avec Jean Ferrat

Galerie

Comment un poème devient-il une chanson ? Jean Ferrat, dans cet entretien avec Jean Ristat et Franck Delorieux, nous livre ses secrets de fabrication. Le musicien évoque particulièrement son attachement à l’oeuvre d’Aragon et les défis que lui a posés l’adapation. Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

L’enfant de Goya

Galerie

« Goya, le monde des ogres et des dévorateurs, des éventrés et des cris en lambeaux – qu’on devine dans les ténèbres derrière les oiseaux et les chats. Et dans ce portrait, quelque chose qui serre le cœur. Qu’y faire ? On sait bien comment ça se termine. » – Une nouvelle de Patrick Autréaux Continuer la lecture

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter